Clothilde

Japon : quelle source d’énergie pour remplacer le nucléaire ?


Le Japon a pris la même direction que l’Allemagne et la Suisse et a maintenant exprimé son intention de sortir du nucléaire à compter de 2030. Avant la catastrophe du 11 mars 2011, avec une part de 30% de la consommation énergétique du pays, le Japon était le 3ème utilisateur mondial d’énergie nucléaire.


Il est évident qu’on ne peut pas simplement sortir du nucléaire du jour au lendemain et que bien qu’actuellement seuls 2 réacteurs sur 50 soient en marche, le gouvernement actuel prévoit d’en remettre certains en route une fois qu’ils auront passé les nouveaux tests de sécurité. Si la durée de vie des réacteurs est bien respectée (40 ans), alors toutes les centrales nucléaires au Japon devraient être fermées d’ici 2030.
Le Japon a donc 18 ans pour faire sa transition, mais une transition vers quoi ?
Le Japon a toujours été un gros importateur de pétrole, de charbon et de gaz naturel : cela ne changera pas et on peut même peut être penser qu’il le deviendra encore plus si la part réservée à l’énergie nucléaire n’est pas entièrement remplacée par l’autre source d’énergie restante : l’énergie renouvelable. Voici la part de l’énergie renouvelable et de l’énergie fossile au Japon en 2009 :



Ici au Japon, l’énergie solaire n’est pas réellement envisageable : pas assez d’espace ou de jours ensoleillés au cours d’une année. Ne reste donc plus que l’énergie éolienne. Mais là encore un problème se pose : le Japon ne possède pas assez d’espace pour pouvoir accueillir un nombre suffisant d’éoliennes pour produire 30% de l’énergie nécessaire au pays. De plus, à part les quelques typhons qui balayent les côtes japonaises de temps à autre, il n’y a pas non plus beaucoup de vent au pays du Soleil Levant. Sur la carte suivante vous vous rendez compte des endroits où des fermes éoliennes pourraient éventuellement être implantées : comme vous pouvez le constater, ils sont tous en mer.


La solution que le Japon va adoptée est de construire des fermes éoliennes flottantes. Dans ce sens, alors que la première éolienne fut créée en Norvège, le Japon et les Etats-Unis seront les premiers à mettre en place des fermes flottantes : dans le Golf du Maine aux Etats-Unis et près des iles Goto au Japon (au sud de Nagasaki). La ferme japonaise de 1GW devrait être opérationnelle en 2020.
Le schéma suivant montre le prototype japonais dont le design permettrait de résister aux plus puissants typhons.


Début septembre 2012, le journal le Nikkei annonçait que Toshiba Corp, Hitachi Zosen Corp, JFE Steel Corp, Sumitomo Electric Industries Ltd, Toa Corp et Toyo Construction Co Ltd prévoient d’investir 120 milliards de yen (1,53 milliards de dollars) sur 10 ans pour la construction de fermes éoliennes en mer. Le ministère de l’environnement japonais estime qu’une source d’énergie d’une capacité 1,600 Gigawatt pouvaient éventuellement être atteinte par la construction de ces fermes flottantes.
Reste à voir de quoi l’avenir sera fait pour le Japon…


Sources :
A geek in Japan
Reuters
Clean Technica
Japan for sustainability
publié par Sakura House Co., Ltd., première agence de location d’appartements et de share houses pour étrangers à Tokyo - Japon, depuis 1992.
Horaires: de 8h50 à 20h00 7j/7
K-1 Bldg. 2F, 7-2-6 Nishi-Shinjuku,
Shinjuku-ku, Tokyo 160-0023, Japon
Tel: (03) 5330-5250 (+81-3-5330-5250)
Fax: (03) 5330-5251 (+81-3-5330-5251)
email: french@sakura-house.com
Sakura House Co., Ltd.,

4 Réponses

  1. Aizen
    2012/10/11 at 12:05 AM |
    Ne pas oublier que le Japon possède, un large littoral qui pourrait servir pour le développement des énergies de la mer.
    Le Japon est aussi un territoire volcanique : la géothermie pourrait aussi agir efficacement.
    Les éoliennes peuvent être off-shore et le photovoltaique devrait être installé sur les toits. Les particuliers devraient être encouragé à se doter de panneaux solaires. (l’Allemagne n’est pas non plus un pays ensoleillé et pourtant, réalise de bons résultats grâce au photovoltaique ).
    La combinaisons de plusieurs types de productions énergétique reste le meilleur rendement : la co-génération, voire la tri-génération.

    Ne pas arrêter immédiatement le nucléaire représente un danger majeur pour la population et pour son territoire. Comme le dit si bien le professeur Koide Hiroaki, “le Japon ne se remettra pas d’un autre Fukushima”.

    Le gouvernement agit de façon parfaitement antidémocratique, de par le fait que 80% de la population est contre ces redémarrages. Le peuple a un grand rôle à jouer actuellement pour empêcher les lobbies de faire la loi.
    Reply
  2. Thierry Lemoine
    2012/10/14 at 7:38 AM |
    Bonjour,
    en réponse a cet article très intéressant et pour compléter les paroles de Aizen,
    je souhaite apporter quelques précisions…
    Cette année le Japon a mis en place une politique d’encouragement a destination des particuliers.
    En cas d’installation d’un éolienne, de panneaux solaires… le Japon offre des primes et bloque les prix de revente pour une certaine durée.
    Vivant au Japon je viens de profiter de cette offre en installant des panneaux solaires. Je recevrai donc une prime calculée sur la taille de mon installation, pas énorme mais “respectable”.
    Concernant le solaire, les prix de revente de l’électricité solaire est de 42 yens le KWH. Alors que je l’achète 21 yens. Ce prix de revente est bloqué pour 10 ans et sera réévalué a la fin de cette période. Pour en savoir plus : http://www.japoninfos.com/le-gouvernement-veut-favoriser-les-energies-renouvlables.html

    Je ne sais pas si cet encouragement sera prolongé l’an prochain… je pense que cela dépendra du nombre de particuliers ayant franchis le pas.
    Quoiqu’il en soit je suis entièrement satisfait de cette installation.
    Reply

Leave a Reply