Julien

Sokushinbutsu : le Japon a aussi ses momies !


Konnichi wa !

Prononcer le mot “momie”, et la plupart des gens auront à l’esprit les pyramides, l’Égypte, le désert, les pharaons et quelques films d’horreur hollywoodiens… Mais il faut savoir qu’il y a des dizaines de types de momies à travers le monde, Japon inclus ! Mais attention, point de bandelettes ici : les momies japonaises sont plus rares et en un certain sens exceptionnelles. On les appelle Sokushinbutsu.

La momie du moine Shinnyôkai-Shônin, au temple Dainichi-bô

La momie du moine Shinnyôkai-Shônin, au temple Dainichi-bô

Sokushinbutsu (即身仏) signifie littéralement “devenir Bouddha de suite avec ce corps”. A la différence des momies égyptiennes ou incas, il ne s’agit pas d’un processus de conservation appliqué aux morts, mais d’une pratique vivant à se momifier de son vivant !

Ce rituel des plus surprenants est liée à une branche du bouddhisme japonais appelée Shingon. Selon la légende, son fondateur Kôbô-Daishi, sentant sa mort proche, se retira dans une caverne du mont Kôya pour y passer ses derniers moments en méditation. Lorsque ses disciples vinrent le visiter, il s’aperçurent que son corps ne s’était pas décomposé, donnant naissance à la légende selon laquelle Kôbô-Daishi attendait ainsi en position de méditation le retour du Bouddha.

Kōbō-Daishi

Kōbō-Daishi

Plus tard, un petit groupe de moines Shingon de la préfecture de Yamagata décidèrent de pratiquer cette étrange momification vivante afin de s’élever. Peu d’entre eux y parvinrent. Au fur et à mesure du temps et des “essais”, ces moines améliorèrent le processus de momification. Ils expérimentèrent et testèrent différentes méthodes et fixèrent finalement ​​ce qu’ils croyaient être le meilleur procédé. Ceux qui réussirent la transformation sont maintenant appelés Sokushinbutsu.

Sokushinbutsu dans un épisode de l'anime "Inuyasha"

Sokushinbutsu dans un épisode de l'anime "Inuyasha"

Et c’est qu’il en faut du courage et de la foi en ses croyances pour tenter l’expérience. Les moines ne voyait la pratique du Sokushinbutsu comme une forme de suicide mais comme une voie vers l’illumination. Le processus prenaient des années et était éprouvant pour le corps.

-1- Pendant trois ans d’abord, il ne faut manger que des noix et des baies. Cela provoque une perte de poids extrême, permettant au corps d’éliminer toute graissez gênante pour la momification.

-2- Les trois années suivantes, le régime change pour ne se composer que d’écorces et de racines, principalement celles de pin. Cela provoque une grande perte d’humidité du corps, humidité qui pourraient causer la pourriture du corps à la place de la momification.

-3- En guide de boisson, un thé spécial était préparé à base d’urushi, un arbre qui produit une substance toxique, utilisé notamment pour fabriquer la laque servant à laquer les bols japonais. La prise de ce thé rend peu à peu le corps toxique, permettant de le protéger des bactéries qui ronge les tissus lors de la mort.

-4- Vers la fin, le candidat au Sokushinbutsu s’enferme dans ce qui deviendrait sa tome. Les moines lui laissent un tube de bambou pour respirer et une clochette. La clochette remuée un fois par jour sert à prévenir les autres moines que la candidat est toujours vivant. Quand le son de la cloche se tait, la mort est alors confirmée.

La momie du moine Tetsumonkai, au temple Chûren-ji

La momie du moine Tetsumonkai, au temple Chûren-ji

Des centaines de moines ayant choisi cette voie, seuls deux douzaines de succès ont été enregistrés et les momies sont encore vénérées de nos jours dans certains temples de Yamagata. Ceux qui périrent dans parvenir à se momifier sont également révérés pour les saints efforts. Le gouvernent interdit la pratique du Sokushinbutsu dans les années 1800, mettant fin à ce rituel considéré comme suicidaire.

Les scientifiques ne comprennent pas véritablement pourquoi les momies japonaises ne se dégradent pas. En effet contrairement aux momies égyptiennes, les organes n’ont pas été enlevés et les bactéries qu’ils contiennent auraient dû dégrader le cadavre. Les Voies du Bouddha sont impénétrables…

Mata ne !


publié par Sakura House Co., Ltd., première agence de location d’appartements et de share houses pour étrangers à Tokyo - Japon, depuis 1992.
Horaires: de 8h50 à 20h00 7j/7
K-1 Bldg. 2F, 7-2-6 Nishi-Shinjuku,
Shinjuku-ku, Tokyo 160-0023, Japon
Tel: (03) 5330-5250 (+81-3-5330-5250)
Fax: (03) 5330-5251 (+81-3-5330-5251)
email: [email protected]
Sakura House Co., Ltd.,

Une Réponse

  1. sterckx jean-louis
    sterckx jean-louis
    2017/04/25 at 10:58 PM |
    …/… Les scientifiques ne comprennent pas véritablement pourquoi les momies japonaises ne se dégradent pas…/… Ceci est une affirmation tout à fait erronée !
    En effet, pour en arrivé à ce stade de momification “spontanée” (que l’on appel aussi “momie vivantes”)

    …/…Devenir une momie vivante n’était pas de tout repos. Voici les trois étapes principales:
    1) Les 1000 premiers jours (2 ans et 7 mois), le moine se nourrit de noix et de graines, et commence un programme d’exercice intensif, histoire d’éliminer tout le gras de son corps.
    2) Les 1000 jours suivants, il ingère des écorces et des racines, prenant soin de diminuer progressivement les quantités. Vers la fin, il commence à boire du thé fait de la sève d’urushi, un truc bien toxique (utilisé normalement pour laquer les bols japonais…), afin d’éliminer encore plus de fluides corporels. Accessoirement, l’eau utilisée pour infuser le thé vient de la source sacrée du mont Yudono, très appréciée pour son haut taux d’arsenic. Ceci permet de faire de son corps un environnement sans microbes, et de préserver le peu de “viande” qui pourrait rester autour des os.
    3) Le moine se retire dans une chambre souterraine, connectée à la surface par un tuyau de bambou. Là, il médite jusqu’à ce que mort s’ensuive. La chambre devenue tombe est scellée. 1000 jours plus tard, on les déterre et on les nettoie. Si le corps est bien préservé, on lui décerne le titre de « momie vivante »…/…

    Source: Curiosités de Titam
    Reply

Leave a Reply