Julien

Shinjuku, en perpétuelle évolution…


Petit cours d’histoire aujourd’hui avec l’émergence du quartier le plus populaire de la capitale japonaise, je veux bien sur parler de Shinjuku !

Shinjuku se traduit littéralement par “Les nouveaux logements“, un nom attribué au tout début du 17ème siècle, époque à laquelle le quartier représentait une des cinq entrées de la ville d’Edo (Tokyo), jusqu’en 1718, date à laquelle le passage fut fermé, suite à des incidents dans une “maison de plaisir” locale. Shinjuku retrouva sa fonction de passage douanier vers 1770, et les établissements de “jeunes femmes servant le riz” (nom élégant pour désigner les prostituées chargées de satisfaire l’appétit des voyageurs) proliférèrent de plus belle.

La véritable émergence du quartier commence vraiment avec l’apparition du train, en 1885. Les tokyoïtes de l’époque, encouragés à déménager dans les quartiers les plus occidentalisés, prirent d’assaut cette zone extrêmement bien desservie par rapport au reste de la ville et la horde des voyageurs foulant quotidiennement le sol de la gare, fit de Shinjuku une zone de choix pour les grands magasins. En 1924, le premier “Department Store” (galerie commerciale) Mitsukoshi ouvre un premier point de vente, marquant le coup d’envoi de l’expansion d’une zone commerciale à l’Est de la gare. Isetan, Takashimaya ne furent pas longs à suivre.

L’extérieur de la station Seibu-Shijuku en 1932
Le grand tremblement de terre de 1923 laissa Shinjuku relativement épargné à comparer des quartiers bas de la ville, provoquant un nouvel afflux de population. Par contre, Shinjuku n’échappa pas à la destruction des raid aériens de 1945, et dut être partiellement rebâti. Profitant de cette reconstruction massive, la municipalité de l’époque projeta de reconstruire le Théâtre de Kabuki de Tokyo dans la partie Est de Shinjuku. Un projet avorté par la suite, car le théâtre fut reconstruit à son exact emplacement à Ginza, mais laissa à la zone candidate le nom de “Kabukicho”, de nos jours connu pour être le quartier olé-olé de la capitale et particulièrement apprécié des Yakuzas.

La sortie Est de la station JR Shinjuku en 1935
Dans les deux décennies d’après-guerre, Higashi-Shinjuku attira une population bohème d’écrivains, d’étudiants et d’intellectuels parfois un brin anarchistes, qui se plaisaient à fréquenter les cafés et jazz bars. En octobre 1968, les passions de cette population explosèrent sous forme d’insurrections, avec comme point culminant, les pavés de Shinjuku transformés en projectiles contre la police lors d’une manifestation anti Guerre du Vietnam.

A la même époque, une autre révolution se faisait sentir, de l’autre côté de la gare. Jusqu’en 1965, existait un réservoir de trois hectares dans la partie Ouest de Shinjuku. Un plan d’amélioration de l’urbanisme conduisit à la suppression de ce réservoir, et à partir de 1970, à une promotion intensive de l’immobilier auprès des institutions financières, avec la construction d’un nouveau centre d’affaires, puis du Keio Plazza Hôtel en 1971. Dans les années 80 et 90, Nishi-Shinjuku devint le point de concentration d’un projet d’urbanisme qui vit la construction d’environ 13 Sky-Scrapers (Gratte-ciel), dont l’atmosphère contraste totalement avec Higashi-Shinjuku. Alors que la première zone est sillonnée de larges rues, la deuxième a conservé ses rues étroites, allées et petits passages.

La sortie Ouest de la station JR Shinjuku en 1962

Shinjuku 3 chome en 1967

Shinjuku-dori (Pour info, le Takano est toujours là !)
En ce début de 21eme siècle, Shinjuku est la première gare du pays (MAIS AUSSI DU MONDE !), affichant onze lignes de trains convergeant dans cette gare tentaculaire, et un trafic de près de 4 millions de passagers par jour ! La gare est également desservie par 23 lignes de bus, et compte désormais plus de 200 sorties différentes, se trouvant parfois à plus d’un kilomètre de la gare, et atteignables au prix d’une traversée dans d’interminables galeries marchandes souterraines.

Toujours en travaux, la gare de Shinjuku continue son agrandissement du côté de la sortie Sud (Shin-Minami Guchi). Cette zone a commencé son aménagement avec la sortie de terre de Times Square en 1996, constitué du Grand magasin Takashimaya, de Tokyu Hands et de la librairie géante Kinokuniya. Un autre volet du projet prévoit la construction d’une avancée au-dessus des quais de la sortie Sud, et qui sera aménagée en espaces verts. L’intérieur de la gare se refera aussi une beauté, en adaptant un style proche de la gare de Shimbashi/Shiodome.

Shinjuku est l’arrondissement de Tokyo comptant le plus grand nombre d’étrangers. Au 1er octobre 2005, on en comptait 29 353 de 107 nationalités différentes. Il s’agit d’abord de ressortissants de Corée (du Nord et du Sud) de Chine, de France, du Myanmar, et des Philippines. C’est désormais l’un des quartiers les plus animés de Tokyo, mais aussi un haut lieu des affaires abritant le siège de nombreuses grandes sociétés.

Shinjuku, toujours en évolution…

SOURCE : Japon – Tokyo : L’histoire de Shinjuku
publié par Sakura House Co., Ltd., première agence de location d’appartements et de share houses pour étrangers à Tokyo - Japon, depuis 1992.
Horaires: de 8h50 à 20h00 7j/7
K-1 Bldg. 2F, 7-2-6 Nishi-Shinjuku,
Shinjuku-ku, Tokyo 160-0023, Japon
Tel: (03) 5330-5250 (+81-3-5330-5250)
Fax: (03) 5330-5251 (+81-3-5330-5251)
email: french@sakura-house.com
Sakura House Co., Ltd.,

2 Réponses

  1. AtyB
    AtyB
    2015/06/26 at 12:00 PM |
    Agréablement surprise par le contenu des articles en français de Sakura house.
    Intéressant, pertinent, documenté, différent…
    Bravo à l’équipe française, et Julien pour cet article.
    Une française de Tokyo
    Reply

Leave a Reply