Julien

Fûrin, la fraîcheur au creux de l’oreille


Konnichi wa !

L’été japonais est vraiment une saison particulière… surtout particulièrement pénible à supporter ! Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas eu la (mal)chance de visiter le pays en juillet ou en août, il faut savoir que le Japon en été offre un climat dit “subtropical humide”. La saison estivale est non seulement chaude, avec des températures avoisinant les 35 degrés, mais aussi humide – et c’est peu de le dire – avec des taux de 80% à 95% d’humidité dans l’air. Une vraie étuve !

Dans la touffeur de l’été, ça et là dans les rues de la ville, on peut parfois entendre un son unique et typiquement estival.



Ce tintinnabulement léger, c’est celui d’un 風鈴 fûrin, ou carillon japonais, une figure emblématique de l’été au Japon. Dans la langue locale, Fûrin s’écrit à l’aide des idéogrammes vent et cloche. Et c’est bien ce que c’est : une clochette faite de céramique, de métal, de verre ou encore de bois, que l’on pend traditionnellement au chambranle d’une fenêtre, sur une terrasse ou à l’entrée d’une maison, et qui tinte au rythme du vent.

Un fûrin se compose d’un corps principal, assez petit pour tenir dans le creux de la main, dans lequel se trouve un battant appelée 舌 zetsu ou langue. Du zetsu part un fil sur lequel est accroché à l’autre bout une languette de papier décorée dite 短冊tanzaku. Le vent, en faisant danser le tanzaku fait ainsi bouger le zetsu et le carillon carillonne !

Fûrin de verre et son zetsu en forme de poisson

Fûrin de verre et son zetsu en forme de poisson

Selon le matériau utilisé pour leur fabrication, les fûrin peuvent donner des “couleurs” sonores différentes mais tous on un point commun : ils produisent un son “rafraîchissant” aux oreilles des Japonais ! D’aucun le compare au chant des suzumushi, une espèce de grillon japonais qui annonce la venue prochaine de l’automne et de son climat plus doux. A l’époque où la climatisation n’existait pas, afin de supporter l’été moite et étouffant, les Japonais appréciaient le tintement des fûrin, duquel ils parvenaient à ressentir l’ “idée”, le “goût” de la fraîcheur. L’air conditionné dans la tête en sorte ^^

Des Fûrin Matsuri ou festivals des carillons, sont même organisés dans certains temples du pays pendant le saison chaude, afin d’attirer les bonnes grâces divines et de passer un été certes chaud mais sans encombres… L’occasion de suspendre des centaines de clochettes qui offrent alors un vrai concerto !

De nos jours, dans un Japon en perpétuelle recherche d’économie d’énergie, certains voient en ces petites choses du passé comme les fûrin, les éventails, les jimbei… un moyen certes modeste, mais une alternative que tout à chacun peut facilement mettre en œuvre afin de passer les beaux jours nippons sans consommer d’énergie à l’accès. Et si en plus cela permet de conserver un lien avec les traditions d’antan, pourquoi donc s’en priver. Un beau souvenir plein de sens à rapporter de votre prochain séjour au Japon.

Mata ne !!

publié par Sakura House Co., Ltd., première agence de location d’appartements et de share houses pour étrangers à Tokyo - Japon, depuis 1992.
Horaires: de 8h50 à 20h00 7j/7
K-1 Bldg. 2F, 7-2-6 Nishi-Shinjuku,
Shinjuku-ku, Tokyo 160-0023, Japon
Tel: (03) 5330-5250 (+81-3-5330-5250)
Fax: (03) 5330-5251 (+81-3-5330-5251)
email: french@sakura-house.com
Sakura House Co., Ltd.,

Leave a Reply